Marseille, le 15/02/2019

L’IHU Méditerranée Infection et le Pôle Maladies Infectieuses de l’AP-HM sont parmi les principaux atouts de l’AP-HM dans le diagnostic à 360° réalisé par un cabinet d’audit indépendant.

L’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille a commandé un rapport visant qui établit un diagnostic des forces et faiblesses du 3ème CHU de France. L’IHU Méditerranée Infection y est présenté comme un des principaux atouts pour l’AP-HM. L’ouverture du bâtiment est considérée comme l’une des 3 principales réussites opérationnelles de ces 10 dernières années pour le CHU. Sont mentionnés tout particulièrement dans deux des principaux champs d’intervention de l’IHU : le soin et la recherche.

  1. Concernant le soin, il est rappelé dans le rapport que le Pôle Maladies Infectieuses, intégré à l’IHU, a le meilleur taux d’occupation de ses lits (96%), à égalité avec le Pôle de Gériatrie. Le nombre de consultations par Personnel Médical (PM) est également au dessus de la moyenne du CHU dans son ensemble. La spécialité « Maladies Infectieuses » est en croissance en termes de parts de marché.
  2. Concernant la recherche, le rapport insiste à plusieurs reprises sur le fait que la production scientifique de l’AP-HM est « largement portée par l’IHU ». En effet, l’AP-HM fait partie des mauvais élèves en France en terme de production scientifique par chercheur (23ème CHU sur 29 établissement recensés. Cela correspond à un manque à gagner de 8 millions d’€ par an. Seul le pôle Maladies Infectieuses relève la barre : il produit 20% des points SIGAPS du CHU, avec seulement 3% des chercheurs. Ces points SIGAPS sont ensuite utilisés pour calculer la dotation MERRI de l’AP-HM, qui a a pour vocation le financement des activités de recherche du CHU. Ces éléments rejoignent les conclusions d’un rapport présenté dans le cadre du Projet de Loi de Finances, dans lequel l’IHU Méditerranée Infection est en tête des 6 IHU français en termes de points SIGAPS.

Nous joignons en Annexe ces paragraphes du rapport qui mentionnent l’IHU et le Pôle Maladies Infectieuses.


Financé par le Programme Investissements d’Avenir, l’Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée Infection est un centre de recherche, de soin, de formation et de valorisation spécialisé dans la lutte contre les maladies infectieuses.  Il est dirigé par le Professeur Didier Raoult, microbiologiste le plus cité en Europe.

Les membres fondateurs de l’IHU Méditerranée Infection sont : Aix-Marseille Université, l’Assistance Publique Hôpitaux de Marseille, l’Institut de Recherche pour le Développement, le Service de Santé des Armées, la Fondation Mérieux, l’Etablissement Français du Sang et l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale.

L’IHU Méditerranée Infection a été bâti grâce à un soutien financier du Programme Investissements d’Avenir piloté par le Secrétariat Général à l’Investissement, du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER), de l’Agence Nationale de la Recherche, de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, du Département des Bouches du Rhône, de la Métropole Aix-Marseille Provence et de la Ville de Marseille.

 

    presse@mediterranee-infection.com
    06.65.00.05.53

    Les mentions de l’IHU et du Pôle Maladies Infectieuses
    dans le rapport « Avenir AP-HM »

     

    Toutes les citations en italique sont extraites du rapport « Avenir AP-HM » : Réussir la modernisation de l’AP-HM.

    1. Introduction :

    « De nombreux atouts sur lesquels capitaliser :

    Le 3ème CHU de France, avec des pôles d’excellence clinique et de recherche au niveau national & international (p.ex. pneumo., oncologie, infectieux, neurosciences)

    D’importantes réussites opérationnelles sur les 10 dernières années avec l’ouverture de nouveaux bâtiments (p.ex., Timone 2, Etoile, IHU) et le déploiement de nouvelles techniques    (p.ex., outil « eye tracker » pour les patients en réanimation) »

    « Excellence clinique et en recherche : Excellence en infectiologie (IHU) »

    « Des réussites de projets sur les 10 dernières années : Des projets d’envergure menés à bien à l’AP-HM. IHU ▪ Un bâtiment de 27 000m² ▪ Des laboratoires de recherche performants (valeur d’achat des équipements de 35 M€) ▪ 39 demandes de brevets issues de l’IHU depuis 2012 »

     

    1. 1. Soin :

    Taux d’occupation des lits  :

    taux d'occupation des lits

    Nombre de consultations publiques rapporté au nombre de PM par pôle (hors internes – étudiants) :

     « En médecine, les spécialités représentant le plus fort potentiel de croissance de revenus sont la radiothérapie (+52M€ T2A à horizon 2025), la cardiologie (+38M€), les maladies infectieuses (+13M€), l’orthopédie (MPR avec + 3,6M€ T2A) et l’hématologie (+3M€) »

     

       2. Recherche

    « Indicateurs clés de la recherche :

    Productivité : La production scientifique à l’AP-HM est largement portée par l’IHU qui réalise    4887 points SIGAPS en 2017, soit 20% du score AP-HM 2017 pour seulement 3% des    chercheurs du CHU

    Qualité : Une forte hétérogénéité de la qualité de la recherche, qui bénéficie cependant de la    production de chercheurs de renommée mondiale (p.ex., chercheurs de l’IHU) »

    « Une activité de recherche très importante – Grâce à des atouts majeurs et des structures de rang mondial. IHU : Un bâtiment de 25 000 m2 regroupant le soin, la recherche, la surveillance et l’information sur les maladies infectieuses ▪ Des laboratoires de recherche performants (valeur d’achat des équipements de 35 M€) ▪ 15% des publications de l’AP-HM ▪ 39 demandes de brevets depuis 2012 »

    « Le bon classement de l’AP-HM cache par ailleurs une situation contrastée au niveau des pôles

    La production scientifique à l’AP-HM est largement portée par l’IHU qui réalise 4887 points SIGAPS en 2017, soit 20% du score AP-HM 2017 pour seulement 3% des chercheurs du CHU.
    En terme de volume, le pôle Maladies Infectieuses est suivi par deux pôles qui totalisent ~2500 points chacun – Biologie – Cardio-Vasculaire-Thoracique
    En termes de productivité, le pôle Maladies Infectieuses (IHU) est largement en tête avec 76 points par chercheur de l’IHU, suivent les pôles – Santé Publique (29 points par chercheur) –     Cardio-Vasculaire-Thoracique (21 points par chercheur) – Neurosciences cliniques (20 points par chercheur) ».

    Score SIGAPS par pôle en fonction du nombre de chercheurs :

    scores sigaps

    Vous connecter avec vos identifiants

    Vous avez oublié vos informations ?