Marseille, le 04/02/2019

résistance aux antibiotiques

Au début du mois de décembre, l’IHU Méditerranée Infection a publié l’analyse de 99.932 bactéries isolées chez des patients des hôpitaux de Marseille. Ces données avaient montré qu’en dépit de prédictions alarmistes, il n’y avait pas d’augmentation de la résistance aux antibiotiques depuis 15 ans (Le Page et al., No global increase in resistance to antibiotics : a snapshot of resistance from 2001 to 2016 in Marseille, France).

Aujourd’hui, une nouvelle étude menée par l’IHU auprès de centres de réanimation dans toute la France porte un nouveau coup aux thèses les plus catastrophistes.

En effet, depuis quelques années, des analystes ont mené des études basées sur des modèles mathématiques et des projections statistiques. Manquant de modération, ils attribuent à la résistance aux antibiotiques des milliers de morts, jusqu’à 12 500 rien qu’en France. Ces chiffres sont largement repris par médias et décideurs politiques, sans que leur validité ne soit questionnée. Une étude publiée en 2018 dans le journal réputé The Lancet Infectious Diseases attribuait à ces résistances 5543 morts par an en France (Cassini et al.).

Or, ces modèles, aussi complexes qu’ils paraissent être, ne sont pas assez confrontés à la réalité du terrain. Ils utilisent des estimations et des extrapolations dont la fiabilité est questionnable. En effet, la microbiologie est complexe et aucun scientifique ne saurait la ramener à des projections mathématiques. Il faut faire remonter les données réelles pour en nourrir de vraies estimations.

C’est dans cet objectif que Didier Raoult (microbiologiste), Marc Leone (réanimateur), Jean-Marc Rolain (pharmacien) et Yanis Roussel (doctorant) ont fait parvenir à plus de 350 praticiens d’unités de soins intensifs un questionnaire. Les résultats sont formels : sur les 250 réponses obtenues, près de 90% font état de moins d’un mort tous les deux ans dans leur service suite à une impasse thérapeutique liée à la résistance aux antibiotiques (42% n’en signalent aucun). Ces résultats marquent une déconnexion entre les données observées et les données modélisées. Ils ont été publiés dans la rubrique « Correspondance » du Lancet Infectious Diseases le 01/02/2019.

Pour résoudre cette déconnexion il n’y a, selon les équipes de l’IHU Méditerranée Infection, qu’une seule solution : mettre en place un registre national de la mortalité liée aux bactéries dites multirésistantes, pour mieux connaître les menaces réelles et écarter celles qui ne sont issues que de l’imagination de statisticiens. Le plan de lutte contre la résistance aux antibiotiques annoncé par les Ministres de la Santé et la Recherche Scientifique nous semble être l’occasion d’enfin mettre en place ce réseau. Il permettra de mieux définir stratégies de lutte, stratégies de soin, au bénéfice des patients et de notre système de santé.

 


Financé par le Programme Investissements d’Avenir, l’Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée Infection est un centre de recherche, de soin, de formation et de valorisation spécialisé dans la lutte contre les maladies infectieuses. Il est dirigé par le Professeur Didier Raoult, microbiologiste le plus cité en Europe.

Les membres fondateurs de l’IHU Méditerranée Infection sont: Aix-Marseille Université, l’Assistance Publique Hôpitaux de Marseille, l’Institut de Recherche pour le Développement, le Service de Santé des Armées, la Fondation Mérieux, l’Etablissement Français du Sang et l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale.

L’IHU Méditerranée Infection a été bâti grâce à un soutien financier du Programme Investissements d’Avenir piloté par le Secrétariat Général à l’Investissement, du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER), de l’Agence Nationale de la Recherche, de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, du Département des Bouches du Rhône, de la Métropole Aix- Marseille Provence et de la Ville de Marseille.

Le Page S, Dubourg G, Baron SA, Rolain JM1, Raoult D. No global increase in resistance to antibiotics: a snapshot of resistance from 2001 to 2016 in Marseille, France. Eur J Clin Microbiol Infect Dis. 2018 Dec 4. doi: 10.1007/s10096-018-3439-8

Cassini A, Hogberg LD, Plachouras D, Quattrocchi A, Hoxha A, Simonsen GS, et al. Attributable deaths and disability-adjusted life-years caused by infections with antibiotic-resistant bacteria in the EU and the European Economic Area in 2015: a population-level modelling analysis. Lancet Infect Dis 2018. doi:10.1016/S1473-3099(18)30605-4.

Contact presse :

presse@mediterranee-infection.com
06.65.00.05.53

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?