Nous prenons connaissance ce jour du rapport final de l’inspection de l’ANSM réalisée en Novembre 2021, à la suite notamment d’accusations portées par des journalistes concernant des essais qualifiés d’illégaux sur des patients atteints de tuberculose, essais menés par les services d’infectiologie de l’AP-HM hébergés au sein de l’IHU Méditerranée Infection.

Nous sommes satisfaits que l’ANSM constate qu’il n’y a jamais eu le moindre essai thérapeutique sur la tuberculose mené au sein de l’IHU Méditerranée Infection contrairement aux allégations contenues dans l’enquête interne de l’AP-HM et dans les articles de Mediapart.

Les deux reproches faits par l’ANSM concernent les études suivantes :

  • une recherche autorisée en 2009 par la direction de l’AP-HM dans le service du Pr. Jouve, actuel président de la CME, avant même que l’IHU Méditerranée Infection n’existe ;
  • une autre étude concernant des écouvillons d’auto prélèvements réalisés par des étudiants en médecine se rendant à l’étranger. L’objectif de cette étude était d’évaluer leur portage de bactéries résistantes aux antibiotiques à leur retour (avec leur accord). La classification de ce travail (recherche impliquant la personne humaine ou soin courant) est sujette à interprétation et l’analyse faite par les chercheurs de cette étude est différente de celle de l’ANSM.

Ces reproches ne nous paraissent pas justifier une remise en cause du projet IHU dans son ensemble.

 

Professeur Didier Raoult

Directeur de la Fondation Méditerranée Infection

 

Communiqué de presse

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?