Accueil > Pôle hospitalier > Surveillance épidémiologique > Décryptage de l'actualité scientifique de la semaine > Ce que nous révèle le scandale Lévothyrox®

Pôle hospitalier

Ce que nous révèle le scandale Lévothyrox®

29 Novembre 2017

La lévothyroxine, aussi connue sous le nom de L-thyroxine, est une molécule synthétique commercialisée depuis près de 30 ans et indiquée pour remplacer la thyroxine (hormone naturellement produite par la glande thyroïde) dans des conditions allant de l'hypothyroïdie à la thyroïdectomie (ablation chirurgicale de la thyroïde). En France, cette molécule entre dans la composition du Lévothyrox®, médicament produit par le laboratoire Merck et prescrit à près de 3 millions de personnes à l'échelle nationale. Ce médicament a par ailleurs été classé spécialité à prescription médicale obligatoire la plus vendue en quantité en officine en 2013 par l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) 1.

Malgré cette importante notoriété et après de nombreuses années de bons et loyaux services, le Lévothyrox® est depuis cet été au cœur d'un émoi populaire et d'un battage médiatique extraordinaire ayant abouti au cours des trois derniers mois au dépôt de nombreuses plaintes non seulement contre le fabriquant 2,3 mais également contre madame la ministre de la Santé et des Solidarités Agnès Buzyn et monsieur le ministre de l'Économie Bruno le Maire 4. À l'origine de cette polémique, un changement mineur opéré par le fabriquant dans la formule du médicament (remplacement du lactose par du mannitol et de l'acide citrique sans aucune modification des concentrations de levothyroxine) effectué sur demande de l'ANSM pour améliorer le composé et le mettre en conformité avec la réglementation internationale en vigueur 5,6. Depuis, la polémique ne cesse de croître et l'on assiste à une complète remise en question de la tolérance et de l'efficacité de la nouvelle formulation par plus de 10 000 patients à l'heure même où de nombreux arguments fondés sur des preuves solides démontrent le contraire 5.

Au-delà de la frénésie sociale et médiatique engendrée par cet évènement, cette polémique nous montre que même les preuves les plus solides ne sont plus suffisantes pour convaincre et que seule l'émotion générée autour d'un événement suscite l'adhésion. Dans ce contexte, l'affaire du Lévothyrox® est révélatrice d'un phénomène peu connu malgré son importance: l'effet nocebo. Selon le dictionnaire Larousse, l'effet nocebo ("je nuirai" en latin) consiste en "[l']apparition d'effets indésirables bénins, d'origine surtout psychologique, après administration d'un médicament inactif ou qui ne peut lui-même produire ces effets". Récemment, une étude portant sur les statines (médicaments prescrits pour réduire le taux de cholestérol) publiée dans le très prestigieux journal scientifique The Lancet 7 a permis d'observer l'impact de cet effet à grande échelle. Ainsi, dans cette étude portant sur 20 079 patients et segmentée en deux phases (une première phase au cours de laquelle ni le médecin ni le patient ne savent si le patient reçoit le placebo ou la statine et une seconde phase au cours de laquelle le médecin sait si le patient prend la statine ou le placebo), les auteurs ont observé que le nombre de signalements d'effets secondaires par les patients augmentait lorsque les médecins savaient que leurs patients prenaient des statines 7. Ce faisant, cette étude démontre l'importance du discours des médecins dans la survenue d'effets secondaires non induits par le médicament mais par le psychisme des patients 7. L'effet nocebo peut également être induit par d'autres facteurs. Ainsi, une étude récemment parue dans le journal Science a permis d'observer que le prix d'un médicament influençait positivement la survenue de cet effet 8. Dans cet article, les auteurs ont démontré que sur deux crèmes "placebo" de composition identique présentées à des prix différents et avec des emballages plus ou moins sophistiqués à 49 patients sains l'application sur la peau de la crème la plus chère des deux entrainait le plus de signalements d'effets secondaires 8. Enfin, l'effet nocebo a aussi été observé lors de l'utilisation de médicaments génériques. En effet, il a été démontré que la perception négative des patients, des médecins et des pharmaciens à l'encontre de ces médicaments pouvait engendrer une augmentation de déclaration d'effets secondaires dans des études utilisant pourtant des génériques de compositions identiques à celles des médicaments originaux 9.

En considérant les impacts combinés du battage médiatique, des réseaux sociaux (où toute opinion peut devenir une vérité absolue) et de l'effet nocebo, il est aisé de comprendre comment dans le contexte du "scandale Lévothyrox®" un infime changement de formulation d'un médicament aussi populaire ait conduit à l'apparition d'effets secondaires d'origine psychique chez plusieurs milliers de patients. Face à ce constat et au regard de l'évolution actuelle de notre société, il est selon nous primordial que de telles manifestations ne soient pas prises à la légère mais qu'elles fassent au contraire l'objet d'un soutien psychologique approfondi et d'une meilleure information. Nous sommes face à un défi de santé publique sans précédent, à nous de savoir y répondre.

 

M. Cédric ABAT, Docteur d’Université en Pathologie Humaine Maladies Infectieuses

Épidémiologiste à l'IHU Méditerranée Infection

 

Références

1.         ANSM. Analyse des ventes de médicaments en France en 2013- Juin 2014 [Internet]. Lien: http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/3df7b99f8f4c9ee634a6a9b094624341.pdf. Accès le 16/11/2017.

2.         Le quotidien du médecin. Une patiente porte plainte contre le laboratoire pour le changement de formule du Lévothyrox [Internet]. Lien: https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/breve/2017/09/01/une-patiente-porte-plainte-contre-le-laboratoire-pour-le-changement-de-formule-du-levothyrox_849870. Accès le 16/11/2017.

3.         Le Parisien. Levothyrox : premières assignations en justice contre les laboratoires Merck [Internet]. Lien: http://www.leparisien.fr/societe/levothyrox-premieres-assignations-en-justice-contre-les-laboratoires-merck-24-10-2017-7352733.php. Accès le 16/11/2017.

4.         Le quotidien du médecin. Lévothyrox : plainte contre Agnès Buzyn et le ministre de l'Économie pour non-assistance à personne en danger [Internet]. Lien: https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2017/11/13/levothyrox-plainte-contre-agnes-buzyn-et-le-ministre-de-leconomie-pour-non-assistance-personne-en-danger_852371. Accès le 16/11/2017.

5.         Wémeau JL, Ladsous M. [Lévothyrox®: The teachings of a senseless polemic]. Presse Med. 2017 Oct;46(10):887-889.

6.         Science. France brings back a phased-out drug after patients rebel against its replacement [Internet]. Lien: http://www.sciencemag.org/news/2017/09/france-brings-back-phased-out-drug-after-patients-rebel-against-its-replacement. Accès le 16/11/2017.

7.         Gupta A, Thompson D, Whitehouse A, Collier T, Dahlof B, et al. Adverse events associated with unblinded, but not with blinded, statin therapy in the Anglo-Scandinavian Cardiac Outcomes Trial-Lipid-Lowering Arm (ASCOT-LLA): a randomised double-blind placebo-controlled trial and its non-randomised non-blind extension phase. Lancet. 2017 Jun 24;389(10088):2473-2481.

8.         Tinnermann A, Geuter S, Sprenger C, Finsterbusch J, Büchel C. Interactions between brain and spinal cord mediate value effects in nocebo hyperalgesia. Science. 2017 Oct 6;358(6359):105-108.

9.         Faasse K, Petrie KJ. The nocebo effect: patient expectations and medication side effects. Postgrad Med J. 2013 Sep;89(1055):540-6. 

 


© IHU Méditerranée Infection - Contact / Plan du site / Crédits