Accueil > Espace presse > Ils parlent de nous > Articles de Presses > Inauguration du POC à Niakhar

Espace presse

 

Inauguration du POC à Niakhar

logo_journaux.jpg

2016

 

L’Ird inaugure un laboratoire de diagnostic rapide des maladies courantes.

 

 

 

L’institut de recherche pour le développement (Ird) a installé un laboratoire de diagnostic rapide des maladies courantes de Niakhar. Un site provisoire, car cet outil sera transféré au Centre de santé de Niakhar en construction. Cet outil appelé Petit laboratoire au chevet du malade (Poc) a été inauguré mardi dernier en présence du sous-préfet de Niakhar et des autorités sanitaire. Dr Cheikh Sokhna, directeur de l’Unité de recherche sur les maladies infectieuse et tropicales émergentes de l’Ird au Sénégal, a expliqué que le Poc de Niakhar est un observatoire de population et de santé, un système de santé démographique et sanitaire où les données démographique et de surveillances sanitaire son recueillies. Selon lui, le Poc permet un diagnostic rapide de certaines maladies courantes comme le paludisme, la grippe, la méningite, toutes les maladies qui sont reconnues et qui sont mortelles. Il a indiqué, qu’avec le Poc, il s’agit de faire un prélèvement de sang afin d’identifier la bactérie, le parasite ou le virus responsable en seulement 2 heures pour un traitement précoce de maladies.

« Avec le Poc, nous pouvons faire des études d’antibiogrammes pour voir le médicament ou l’antibiotique le plus efficace pour lutter contre une maladie », a-t-il révélé. Dr Sokhna a également annoncé que l’objectif final, c’est de l’installer dans le Centre de santé de Niakhar en construction. « Nous allons l’utiliser en tant que chercheur à faire le répertoire des maladies et de conseiller les gens sur les maladies courantes, sur l’épidémiologie », a-t-il déclaré, invitant les autorités sanitaire à s’approprier cet outil. De plus, il a fait savoir que, pour le moment, le diagnostic est gratuit jusqu’à ce que les autorités s’approprient le Poc et signent des conventions avec les structures sanitaires.

Pour le médecin chef de région, Mouhamadou Traoré, les charges de fonctionnement sont, pour le moment, supportées par l’Ird, signalant que cet outil sera plus tard ouvert à toutes les structures sanitaires de Fatick et principalement aux spécialistes de l’hôpital régional.

Présidant la cérémonie, le sous-préfet de l’arrondissement de Niakhar, Ameth Sarr, a mis l’accent sur l’importance de ce laboratoire pour la région de Fatick. Aussi a-t-il magnifié les nombreuses actions de l’Ird.

 

Voir l'article


© IHU Méditerranée Infection - Contact / Plan du site / Crédits