Accueil > Pôle hospitalier & Prévention > Les protocoles thérapeutiques > Le traitement de la maladie de Whipple

Pôle hospitalier & Prévention

Le traitement de la maladie de Whipple

Traitement de la maladie de Whipple

Maladie de Whipple avec ou sans atteinte neurologique:

Doxycycline (Vibramycine®) cp 100mg, 1 cp 2 fois/j. En association avec : Hydroxychloroquine (Plaquenil®) cp 200mg, 1 cp 3 fois/j.

Durée: 12 mois au minimum.

Puis relais par Doxycyline (Vibramycine®) cp 100mg, 1 cp 2 fois/j à Vie.

 

Endocardite à Tropheryma whipplei:

Doxycycline (Vibramycine®) cp 100mg, 1 cp 2 fois/j. En association avec : Hydroxychloroquine (Plaquenil®) cp 200mg, 1 cp 3 fois/j.

Durée: 12 mois au minimum. Il est possible d’arrêter le traitement au-delà des 12 mois sans rechute connue.

NB: Dans la maladie de Whipple au début du traitement, des cas de syndrome inflammatoire de restitution immunitaire (IRIS) sont rapportés. Ils se manifestent par une fièvre persistante ou d’autres symptomatologies inflammatoires (lésions nodulaires cutanées, arthrite ou perforation intestinale).

Dans la maladie de Whipple associée à une atteinte cérébrale, des cas d’œdème inflammatoire du système nerveux central sont décrits.

Pour ces 2 complications, des traitements par corticoïdes à permis l’amélioration de la symptomatologie. Et pour l’IRIS le traitement par thalidomide peut également être discuté.

Si vous constatez une non réponse ou une aggravation à l’introduction du traitement d’attaque, vous pouvez nous contacter pour un conseil thérapeutique.

 

Contre-indications aux traitements:

Doxycycline (Vibramycine®)

  • Allergie aux tétracyclines
  • Association à des rétinoïdes par voie générale
  • Grossesse ou Allaitement

 

Précautions d’emploi avec certains traitements:

  • Anticonvulsivants inducteurs enzymatiques qui diminuent les concentrations plasmatiques de cyclines par augmentation du métabolisme hépatique
  • Didanosine qui diminue l’absorption digestive des cyclines en raison d’une augmentation du pH gastrique
  • Sels de Fer, les sels de Zinc et les Topiques gastro-intestinaux qui diminuent l’absorption intestinale des cyclines
  • Anticoagulants oraux (augmentation de l’effet anticoagulant) Hydroxychloroquine (Plaquénil®)
  • Allergie à l’hydroxychloroquine
  • Rétinopathies
  • Allaitement

 

Précautions d’emploi:

  • Adaptation des posologies chez l’insuffisant rénale ou hépatique (Objectif dosage médicamenteux : 1mg/ml)
  • Surveillance rapprochée si patient atteints de porphyrie intermittente ou de déficit enzymatique en G6PD

 

Effets indésirables les plus communs des traitements (ne remplace pas le Vidal):

Doxycycline (Vibramycine®)

  • Photosensibilisation (il faut insister sur la nécessité, sous peine de brûlures, de protéger, les zones photo-exposées en particulier l’été)
  • Troubles digestifs : nausées, épigastralgies, diarrhées, anorexie, œsophagites, entérocolite, candidoses (la prise du traitement doit se faire en milieu d’un repas avec un grand verre d’eau et minimum une heure avant le coucher)
  • Réactions allergiques
  • Pigmentation cutanée

 

Hydroxychloroquine (Plaquénil®)

  • Photosensibilisation, réactions cutanéo-muqueuses
  • Dépôts cornéens régressifs à l’arrêt du traitement, rétinopathie (après 2 ans de traitement)
  • Acouphènes, vertiges, céphalées
  • Troubles digestifs
  • Troubles hématologiques

 

Suivi des patients en cours de traitement:

Pendant le traitement d’attaque:

Surveillance Mensuelle:

  • NFS, SGOT, SGPT, GGT, créatininémie.

Surveillance Trimestrielle:

  • Prélèvements salivaire, sanguin (tube EDTA) et des selles pour PCR quantitative.
  • Taux plasmatiques des médicaments administrés afin de vérifier la présence d’un taux thérapeutique:

- Hydroxychloroquine : 1 µg/ml +/- 0.2 µg/ml

- Doxycycline : 4 µg/ml

 

Surveillance Semestrielle:

Consultations d’ophtalmologie: Examen à la lampe à fente, vision des couleurs et électrorétinogramme.

 

Pendant le traitement d’entretien:

Surveillance:

Prélèvements salivaire et des selles pour PCR une fois par an à vie

 

Références:

1. Lagier JC, Fenollar F, Lepidi H, et al. Evidence of lifetime susceptibility to Tropheryma whipplei in patients with Whipple’s disease. J Antimicrob Chemother 2011

2. Fenollar F, Fournier PE, Robert C, Raoult D. Use of genome selected repeated sequences increases the sensitivity of PCR detection of T. whipplei. J Clin Microbiol 2004

3. F Fenollar, S Laouira, H Lepidi, JM Rolain, and D Raoult. Value of Tropheryma whipplei Quantitative Polymerase Chain Reaction Assay for the Diagnosis of Whipple Disease : Usefulness of Saliva and Stool Specimens for First-Line Screening. Clinical Infectious Diseases 2008

4. Florence Fenollar, Bernard Amphoux, and Didier Raoult A Paradoxical Tropheryma whipplei Western Blot Differentiates Patients with Whipple Disease from Asymptomatic Carriers. Clinical Infectious Diseases 2009

5. Lagier JC, Fenollar F, Lepidi H, Liozon E, Raoult D. Successful treatment of Immune reconstitution inflammatory syndrome in WD using thalidomide. J Infect 2010

6. Angelakis E, Fenollar F, Lepidi H, Birg ML, Raoult D. T. whipplei in the skin of patients with classic Whipple’s disease. J Infect 2010

7. JC Lagier, F. Fenollar and D. Raoult. De la maladie de Whipple aux infections à Tropheryma whipplei. Médecine et Maladies Infectieuses 2009


© IHU Méditerranée Infection - Contact / Plan du site / Crédits